Selon les statistiques, les indemnisations judiciaires sont 30% supérieures à l’indemnisation proposée initialement par la compagnie d’assurance. Or notre objectif est d’obtenir l’évaluation de toutes vos séquelles et dans les meilleures conditions.

C’est pourquoi, nous nous entourons de professionnels d’horizons différents.

Rencontre avec le docteur Cécile MAUGRAS, neurologue à l’hôpital d’Annecy:
interlocuteurs

“La particularité des patients cérébrolésés tient au fait de la complexité et l’intrication d’un état polytraumatologique initial.

L’évaluation neurologique tiendra compte des doléances tels que la douleur et le handicap ressentis mais aussi des plaintes cognitives.
Il est souhaitable que l’expertise neurologique dépiste les troubles de façon systématique et minutieuse.
Non apparents physiquement, ils peuvent avoir des conséquences majeures sur les activités de vie quotidienne.

Il est donc essentiel de ne pas les sous estimer voir les omettre lors de l’évaluation expertale.” Dr C. Maugras

Médecin conseil
En matière de réparation du dommage corporel, le rapport d’expertise médicale est une donnée essentielle à l’évaluation des préjudices.
C’est la raison pour laquelle avant toute procédure amiable ou judiciaire nous travaillons étroitement avec un médecin expert, agréé par la Cour d’Appel, afin de définir tous vos postes de préjudice.

Ce rapport convaincra votre contradicteur le cas échéant, du bien fondé de vos demandes et de l’allocation de provision conséquente.

Ces provisions vous permettrons de:

  • Faire l’avance de divers frais médicaux restés à votre charge.
  • Faire l’avance de frais de justice et autres frais d’expertise judiciaire.
  • Voire d’adapter votre quotidien à votre handicap.
Spécialiste propre à votre traumatisme
Savez vous par exemple que pour 100.000 habitants, il faut compter 350 traumatismes crâniens par an.

D’où l’importance de ne passer à coté d’aucun de vos postes de préjudices et de se référer à des spécialistes propres à chacune de vos séquelles et ce d’autant plus si vous êtes polytraumatisés.

Ergothérapeute, architecte,…
Il faut savoir que:

  • selon les statistiques les indemnisations judiciaires sont 30% supérieures à l’indemnisation proposée initialement par la compagnie d’assurance.
  • 50% des victimes polytraumatisées âgées de – de 25 ans ne reprennent pas leur profession exercée avant l’accident.
  • 75% des victimes polytraumatisées âgées de + de 25 ans ne reprennent pas leur profession exercée avant l’accident.

Aussi, il est indispensable de s’entourer de professionnels qui étudieront les moyens adaptés, les technologies les plus récentes pour développer votre autonomie et votre indépendance dans votre environnement quotidien et social en améliorant vos conditions de travail, en aménageant votre véhicule, votre domicile… , et en facilitant vos démarches administratives, sociales,…